You are currently viewing Mes PDA et smartphones

Mes PDA et smartphones

 Des premières calculatrices 4 chiffres au dernier double-écran de Microsoft…, impossible de s’en passer.

PALM MP10
1996

La série Palm m100 se compose de quatre assistants numériques personnels (ou PDA) basés sur Palm OS intitulés m100, m105, m125 et m130. Ces modèles étaient destinés à être des PDA « d’entrée de gamme » et, par conséquent, leurs boîtiers étaient construits à partir de matériaux moins chers. Plus particulièrement, les couvercles des écrans LCD et des numériseurs étaient en plastique plutôt qu’en verre, et les écrans étaient plus petits que les Palms plus chers en vente à l’époque.
Contrairement aux autres ordinateurs Palm, qui avaient des batteries rechargeables, ils ont été conçus pour fonctionner avec des piles sèches standard (à l’exception du m130, qui utilise une batterie rechargeable). La conservation des données s’effectuait via un système de batterie de secours qui avait une durée de vie très courte et une volatilité de tension élevée, de sorte que les utilisateurs devaient changer les piles sèches une par une ; les utilisateurs qui ont retiré toutes les batteries puis les ont toutes remplacées ont pu constater que la batterie de secours était morte dans le temps qu’il a fallu pour changer les batteries, entraînant une perte de mémoire de l’unité.
Il y avait un couvercle d’écran à charnière avec une petite fenêtre au-dessus de l’écran à travers laquelle l’horloge système peut être visualisée pendant quelques secondes lorsque le bouton "faire défiler vers le haut" est enfoncé à travers un trou dans le couvercle, lorsque l’appareil n’est pas utilisé.


Compaq iPaq H3630
2000

L’iPAQ était un Pocket PC et un assistant numérique personnel, présenté pour la première fois par Compaq en avril 2000 ; le nom a été emprunté aux premiers ordinateurs personnels de bureau iPAQ de Compaq. Après l’acquisition de Compaq par Hewlett-Packard en 2002, HP a continué à développer et à commercialiser la gamme iPaq jusqu’à la sortie du produit final, l’iPaq Glisten, en décembre 2009.

Le Compaq iPaq 3630 était l’un des premiers Pocket PC iPAQ de la série H3600, sorti en 2000. Il était basé sur le processeur RISC 32 bits Intel StrongARM SA-1110 à 206 MHz. Il fonctionnait sous le système d’exploitation Pocket PC 2000 de Microsoft et comportait un écran LCD 240 x 320 pixels de 4096 couleurs, 32 Mo de RAM et 16 Mo de ROM.

La série H3600 a été remplacée par les séries H3800 et H3900, qui ont conservé le même facteur de forme, mais avaient une disposition de boutons différente.

Le Pocket PC Compaq iPAQ 3630 de notre collection est livré dans sa boîte d’origine avec station d’accueil, adaptateur secteur et pack de style de base.



Olivetti DaVinci
2001

Le grand Léonard serait fier de son arrière petit fils. Comme lui, le Da Vinci a su opérer la symbiose entre l’art, représenté par un dessin harmonieux de la machine, et la technique qui permet d’utiliser au mieux les 2 Mo de mémoire alloués par cet assistant personnel. Il intègre les fonctions de liste des choses à faire, gestion des contacts, des dépenses personnelles et de son temps, et un ingénieux clavier optionnel qui permet de se passer du Pc pour la saisie de données en volume.


LG G Flex
2014

Ah, les écrans flexibles. Ou courbés, dites-vous ? On en perdrait presque son latin, devant le flou artistique qui entoure cette technologie. Regardons les choses en face : si des exemples ou prototypes existent, les écrans flexibles, ce n’est pas exactement pour tout de suite, le reste du hardware des appareils qui en seraient équipés n’étant pas encore prêt à suivre, du moins pas à une échelle commerciale.

Et c’est peut-être l’enjeu principal du LG G Flex qui nous occupe ici, à savoir transformer un objet de curiosité, une tentative, un essai technique… en un appareil destiné à la vente. Et qu’on se le dise, il a beau s’appeler Flex, il n’est pas flexible, ou du moins pas pliable ni capable d’assumer des torsions.
Au-delà de son aspect « incurvé », le LG G Flex dispose d’une fiche technique à la hauteur des principaux smartphones du moment, notamment grâce à son processeur Snapdragon 800 et ses 2 Go de RAM. Il pèche par contre par un écran non plus Full HD 1080, mais HD 720p (1280 x 720 pixels) sur une diagonale de 6 pouces, ce qui le propulse d’office dans la catégorie phablettes. On notera au passage qu’il ne s’agit pas de n’importe quel écran, mais d’un OLED (POLED pour Plastic OLED), ce qui se fait peu encore chez les smartphones. Remarquez également une mémoire interne de 32 Go sans extension de mémoire possible, et une grosse batterie de 3500 mAh.


Microsoft Surface Duo 1
2020

Quand j’ai entendu parler pour la première fois du Surface Duo l’année dernière, j’avoue que j’étais intrigué mais aussi sceptique. Je ne comprenais pas vraiment ce que je ferais réellement avec un téléphone qui se replie et qui n’a aucune utilité dans cette position.

Ce n’est que lorsque j’ai vu la démo de Microsoft il y a quelques semaines que je me suis dit: «Wow, c’est quelque chose que je pourrais réellement utiliser». La capacité multitâche est quelque chose qui me manquait avec mon ordinateur de poche et avoir un deuxième écran indépendant semblait être un moyen d’améliorer cela. Je suis donc allé en avant un pré-commandé.

Malheureusement, ce n’est pas l’Android que je recherchais. Certes, c’est un appareil incroyable avec de nombreuses fonctionnalités qui ne ressemblent à aucun autre appareil. Mais cela me manque juste du côté logiciel et cela ressemble plus à un lancement bêta pour moi.
Franchement, je n’ai ni le temps ni la patience de gérer autant de bugs sur un appareil que j’utilise si fréquemment tout au long de la journée. Après seulement une semaine, j’envisage déjà de le retourner. Je peux voir comment cet appareil pourrait encore être utile… à un certain groupe de personnes. Ce n’est pas encore pour moi, et je vais vous expliquer pourquoi ci-dessous.
C’est la partie qui m’a d’abord convaincu. La conception du Surface Duo est vraiment cool, étant le seul «téléphone» qui se plie à 360 degrés de fermé à ouvert et dispose de deux écrans indépendants. Bien sûr, le Galaxy Fold a toujours été intéressant pour moi, mais le Surface Duo prend le gâteau car il ressemble en fait à quelque chose que je voudrais transporter dans ma poche.
La qualité de fabrication soutient également la conception. Lorsque je l’ai sorti de la boîte et que je l’ai manipulé, cela ressemblait à un appareil haut de gamme. Et la charnière? Parfait. Microsoft a beaucoup d’expérience avec les charnières, et cela se voit ici. Ouvrir et fermer l’appareil est exactement ce à quoi je m’attendais, et il y a même une résistance satisfaisante lorsque vous fermez l’appareil.

Laisser un commentaire